La catastrophe du Vélib’ 2018

0
175

Voilà maintenant plus de 7 mois que les nouveaux Vélib’ 2018 sont déployés à Paris par Smovengo, en remplacement des anciens Vélib’, suite à la perte de contrat de JCDecaux.

Force est de constater qu’aujourd’hui le service est difficilement utilisable. Non seulement le nombre de stations (et donc le nombre de vélos en circulation) n’est pas au rendez-vous, mais surtout, il est fréquent que les stations ou les vélos soient en panne.

En effet, il y a quelques jours, lisant les dernières nouvelles de Vélib Metropole, je me dis qu’il est temps de reprendre un abonnement et qu’à cette date, si tout n’est pas réglé, le service devrait être utilisable. En fait il n’en est rien.

Je tente de prendre un vélo électrique rue Francoeur, mais tous semblent déchargés. Je me rabats alors vers les versions mécaniques, mais là encore, aucun ne fonctionne. Je jette donc un oeil à la borne pour voir s’il y a des informations sur un éventuel problème, mais rien. Même résultat en consultant la carte des stations qui affiche le nombre de Vélib’ et les places disponibles. Je passe donc un appel au service client. Si la personne est aimable, on constate rapidement qu’ils ne semblent pas avoir de système d’information digne de ce nom, et qu’il va falloir chercher une autre station. La personne m’indique cependant transmettre le problème.

Une quinzaine de minutes de marche plus tard, je tente ma chance à la station Goutte d’or-Barbès pour un résultat identique. J’abandonne ce jour là l’espoir d’utiliser un Vélib’…

Deux jours plus tard, j’arrive enfin à décrocher un Vélib’ mécanique, que je tente de garer à la station Dunkerque – Rocroy. Manque de chance, contrairement à ce qu’indique la carte des stations, les bornettes sont toutes verrouillées. Heureusement, une autre station très proche accueillera finalement le vélo.

Huit jours plus tard, je tente à nouveau de prendre un vélib’ aux stations Francoeur-Marcadet, puis Francoeur-Caulaincourt, sans succès. Je me doutais du résultat en voyant le nombre de vélos stationnés, notamment électriques… Nouvel appel au service client, je n’en apprends pas plus. Je demande alors s’il y a eu un retour suite à mon signalement d’il y a une dizaine de jours. Non, rien, les remarques sont transmises mais ils n’ont jamais de retour. On se demande bien comment est gérée la situation…

Aujourd’hui, je considère donc le service inutilisable, dans le sens où ne peut pas compter dessus si on n’a pas une autre alternative de transport. Vélib’ Métropole indiquait un certains nombre de dysfonctionnements. Si dans un premier temps, un certains nombre de stations non électrifiées (seulement par batterie) posaient problème, le constat est bien plus grave. La V-Box, centrale électronique sur chaque Vélib’, semble poser problème. Si c’est la dymano qui recharge la batterie de cette box, certaines semblent pourtant à plat…
Il semblerait aussi que le système d’information ne supporte pas la charge.

Il est dommage d’avoir des cartes qui ne reflètent pas la santé réelle des stations et de leurs vélos. A ce jour, un vélo qu’on ne peut pas décrocher, quelqu’en soit la raison, apparaîtra comme disponible, de même pour les stations.

Ce que l’on constate, c’est qu’il y a visiblement encore beaucoup de travail à fournir pour obtenir un service satisfaisant, au delà même du déploiement de nouvelles stations. J’ai également soumis les informations précises d’un Vélib’ volé ou abandonné mais sans aucun retour, et le Vélib’ concerné n’a pas bougé d’un poil en plusieurs jours.

En résumé, le service semble encore en version beta (voire alpha), tellement il est difficile d’accès. Les apports de ces nouvelles formules, aux tarifs bien plus élevés, ne sont par ailleurs pas encore opérationnels, si ce n’est par la possibilité de prendre un vélo électrique, quand on en trouve un qui veuille bien faire la course avec vous…